Yves Laloy

Saturne pas rond 1950

Saturne pas rond, 1949. Huile sur toile, 65 x 50 cm

Yves Laloy (1920, Rennes - 1999, Cancale)

 

Yves Laloy s'oriente, après ses études à Vannes, vers l'architecture et poursuit, après la guerre, sa formation à Paris dans l'atelier de Roger-Henri Expert. En 1946, il épouse Jeanne Beauregard, dont il aura un fils Pascal. En 1947, après avoir obtenu son diplôme d'architecte, il rejoint Rennes et le cabinet de son père, architecte du département d'Ile-et-Vilaine, mais parallèlement à son travail, il se consacre à la peinture. Peu à peu, Yves Laloy renonce à sa carrière d'architecte. Il décide alors, en 1955, de réaliser un périple à bicyclette autour de la Méditerranée, mais il est arrêté en Egypte près du Canal de Suez, car on le prend pour un espion. De retour en France, il s'installe à Paris avec sa femme et son fils. C'est alors qu'il fait la connaissance d'André Breton, lors de sa première exposition personnelle à la Galerie La Cour d'Ingres. 

Yves Laloy n'a jamais adhéré au mouvement surréaliste mais il fut un compagnon de route, participant en 1959-1960, à Paris, à la galerie Daniel Cordier à l'exposition « E.R.O.S. » ; en 1960-1961, à New York, D'Arcy Galleries, à « Surrealist Intrusion in the Enchanter's Domain » ; en 1961, à Milan, Galleria Schwarz, à « Mostra internazionale del surrealismo » et à Paris en 1965, à la galerie l'Œil, à « L'Ecart absolu ». Son œuvre de peintre se caractérise de trois manières différentes : la première et la plus fréquente comporte une structure rigoureuse et géométrique suggérant parfois l'image de la cité idéale vue à vol d'oiseau, parfois aussi le travail sur le sable des indiens Navajos, parfois encore une certaine relation avec la musique ; la seconde représente un monde ondoyant, fantasmagorique dans lequel la nature animale ou végétale semble flotter dans un univers qui pourrait être marin ; la troisième se fonde sur l'analogie cabalistique entre le monde des sons et celui des images.