Óscar Domínguez

Dominguez, decalcomanie, 1943

Decalcomania, 1943. Lavis d'encre de Chine sur papier, 50 x 37 cm.

Óscar Domínguez (1906, La Laguna - 1957, Paris)

 

Il arrive à Paris en 1927, se lie avec Picasso et participe dès 1934 aux expositions du groupe surréaliste. À son initiative est organisée en 1935 dans son île natale à Tenerife, une Exposición surrealista, à l’Ateneo de Santa Cruz. En 1936, il invente le procédé de la “décalcomanie” qui pouvait être “sans objet préconçu” lorsqu’il accepte la gratuité des taches ou “du désir”, lorsqu’il dirige le hasard, suscitant à partir de la tache des images oniriques, animaux, châteaux... Au début de la guerre, il séjourne à Marseille avec Breton, Lam, Hérold, Brauner... et participe à leurs activités et jeux. Première exposition personnelle à la galerie Louis Carré à Paris en 1943. Participation aux expositions surréalistes : 1936-1937, New York, Fantastic Art, Dada, Surrealism, MoMA ; 1937, Londres, First British Artists Congress, Conway Hall ; 1947, Paris, Le Surréalisme en 1947, galerie Maeght ; 1959, Milan, Mostra Surrealista Internationale, galeria Schwarz... Dans ses premières peintures on retrouve le souvenir de la nature à la fois austère et prolifique du paysage canarien, puis, avec la période cosmique et jusqu’en 1939, ses toiles sont peintes avec une technique minutieuse proche de celle de Dalí. Dans les années quarante l’influence de la période métaphysique de Chirico est perceptible, de même que celle de Picasso, que leur passion commune de la tauromachie avait encore rapprochés. À la fin des années quarante, son travail se libère complètement d’une quelconque influence et il rompt avec les surréalistes bien qu’il conserve l’amitié de la plupart des membres du groupe. Il se donne la mort le 31 décembre 1957 dans son atelier de la rue Campagne Première à Montparnasse.