Bona

La main mise ou la Lubricità, 1970

La Main mise ou la Lubricità, 1970. Assemblage de tissus et collage sur toile, 73 x 60 cm

Bona, Bona Tibertelli de Pisis, dite (1926, Rome - 2000, Paris)

 

 

Études aux Beaux-Arts de Modène puis aux Beaux-Arts de Venise où vit son oncle Filippo de Pisis. Sa carrière de peintre commence après son mariage avec André Pieyre de Mandiargues en 1950. À son arrivée en France elle fait connaissance avec le groupe surréaliste et participe à leurs travaux et à leurs jeux. Exposition personnelle à Paris, galerie Berggruen, en 1952,  préfacée par Francis Ponge ; Octavio Paz cautionne les œuvres qu’elle présente à Mexico en 1959. Elle participe à diverses expositions surréalistes dont "Eros", galerie Daniel Cordier (1959) Après 1958, Bona renouvelle la technique du collage et se sert d’une machine à coudre comme d’un appareil à dessiner ou à peindre. 

 

"Bona peint dans l'état de distraction le plus propice à la lucidité, et c'est sans doute par la peinture qu'elle retrouve le chemin perdu, oublié ailleurs. Elle peint sans savoir exactement quoi, ni pourquoi, non pas comme on respire, mais comme on avance à l'aveuglette dans un appartement où tombe l'obscurité, après la panne. [...] Elle regarde le présent avec un certain sourire moqueur, où se devine une secrète admiration pour tout ce qui ne s'explique pas."

Alain Jouffroy, extrait du catalogue de l'exposition Bona - Colimaçonneries, Galerie de Seine, Paris, 1974