Antonio Saura

Saura repeticion 1

Repeticion, 1961. Acrylique sur toile, 70 x 100 cm

Antonio Saura (1930, Huesca - 1998, Cuenca)

 

Atteint de tuberculose osseuse, il est immobilisé entre quinze et dix-sept ans, période pendant laquelle il dessine. Commence à peindre en autodidacte en 1947. Sa première exposition en 1951, galeria Bucholz à Madrid, est intitulée « Pinturas surrealistas de Antonio », et présente des peintures de caractère onirique ; il utilise alors des techniques très variées dont celle des « grattages ». Entre 1953 et 1955, à Paris, il participe aux activités du groupe surréaliste et en 1955, il figure à l'exposition « Quelques feux dans le brouillard... et des objets des mers du Sud » à la galerie A l'Etoile Scellée organisée pour la parution du n°4 de la revue Medium ; il participe également, en 1956, à la troisième exposition internationale « Phases » organisée par Edouard Jaguer à la galerie Kléber. De retour en Espagne, Antonio Saura est, en 1957, membre fondateur du groupe El Paso qui participe à l'introduction de l'art contemporain en Espagne. Les œuvres de ses membres sont exposées dans des galeries prestigieuses telles que celle de Pierre Matisse à New York, et lors de biennales où elles sont primées (Venise, São Paulo...). Les toiles de Saura, souvent de grand format, peintes le plus souvent en noir, blanc, gris, parfois traversées de marron, ont un aspect tragique. Saura peint des portraits auxquels il donne souvent un nom féminin (Sylvia, Brigitte Bardot...), des Crucifixions traitées d'une manière caricaturale, des « Foules », réunissant d'innombrables personnages. A la fin de sa vie, il peint la série de gouaches très colorées « Cocktail-Party » et la série « Le Chien de Goya ». Saura a vécu à Madrid, Cuenca et Paris et son œuvre est présente dans les principaux musées espagnols, français et américains. Il est un des artistes espagnols contemporains parmi les plus représentatifs de la tradition de l'art austère et dramatique propre à l'Espagne.